Tout savoir sur la fonction de juges

DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES JUGES QUALIFIES EXPO
pour les races du club
Les juges d'expositions, les experts confirmateurs sont nommés par le Comité de la S.C.C. sur proposition de la Commission des Juges et du LOF.

Le contrôle de la bonne exécution de leur fonction ressort des Associations de race pour lesquelles ils sont agréés, de la Commission des juges et du LOF, et du Comité de la S.C.C. D'une façon générale, le Comité de la S.C.C. est souverain pour tout ce qui concerne les problèmes relatifs aux juges après l'avis des Commissions ad hoc.

Les juges sont le vecteur que les associations ont à leur disposition pour assurer leur rôle d'amélioration des races dont elles ont la charge.

Le rôle de juge d'expositions se doit d'être capital en matière de sélection : par son jugement, il sanctionne en effet le résultat d'une sélection et par son verdict il devra orienter favorablement l'évolution de la race.
Le juge doit donc connaître parfaitement le standard et les commentaires de chacune des races pour lesquelles il est nommé et se tenir au courant de leur évolution. Il doit appliquer impérativement les instructions techniques qui lui sont données par les associations de race.
Il ne doit pas perdre de vue son rôle d'éducateur ; il devra donner des explications sur les qualités ou les défauts du chien présenté, par rapport au standard et conseiller les exposants chaque fois que possible.
Il ne peut en aucun cas apporter des modifications, soit de son propre chef, soit à la demande d'exposants, à son carnet de juge, sans accord préalable du responsable de l'exposition. Il doit refuser qu'y soit portées d'autres modifications que des redressements d'erreurs de transcription des feuilles d'engagement et s'opposera à toutes inscriptions nouvelles autres que celles autorisées au règlement des expositions canines.
Bien évidemment, le juge ne peut, en aucun cas, s'attribuer de son propre chef des races autres que celles qui lui avaient été confiées. Avec l'accord préalable de la Société organisatrice qui est seule habilitée à modifier son carnet de juge, il peut juger d'autres races que celles initialement prévues.

D'une manière générale, le juge doit être conscient qu'en sa qualité de représentant technique de l'Association de race, il est appelé à prononcer des jugements pouvant avoir de sensibles répercussions sur l'orientation de la race.

Un juge qui aurait remarqué une anomalie ayant modifié l'apparence ou la morphologie d'un chien devra faire appel à un vétérinaire afin qu'il atteste la fraude.

Le juge devra donc:
  • Respecter lui-même et faire respecter dans son ring les règlements qui régissent la cynophilie en France, en faisant preuve d'autorité.
  • Remplir ses fonctions avec simplicité, courtoisie, équité et courage.
  • Garder en toutes circonstances son calme et sa dignité.
  • S'interdire tous actes, propos, ou attitudes inconvenantes qui risqueraient d'être mal interprétés par les exposants et spectateurs, tant dans son ring qu'à l'extérieur du ring et de l'exposition.
  • Refuser de participer dans son ring, pendant les jugements, à des conciliabules ou conversations avec des exposants, juges ou spectateurs.
  • S'interdire toutes critiques ou réflexions publiques désobligeantes sur les jugements d'autres juges, français ou étrangers.
  • Se montrer intransigeant sur la discipline devant régner dans son ring, notamment en interdisant l'entrée à toutes personnes autres que les présentateurs de chiens inscrits (dûment munis du numéro de catalogue d'un chien), le secrétaire de ring, le commissaire de ring, l'assesseur, le candidat à un examen ainsi que les organisateurs pour les besoins du service.
    N.B. : Un juge de la race examinée ne peut en aucun cas et quelle que soit sa fonction présente, pénétrer dans le ring, sauf s'il est organisateur.
  • Il ne devra en aucun cas, juger les chiens dont il est propriétaire ou appartenant à son conjoint ou à ses enfants ou à une personne vivant sous son toit (même s'ils sont présentés par un tiers).
  • Il ne pourra en aucun cas, à partir du moment où il fait partie du jury, présenter le jour où il officie. Par contre, les membres de sa famille ou une tierce personne pourront présenter ses chiens dans toutes les races qu'il ne juge pas ce jour là. En outre, il ne pourra pas faire partie du jury du groupe où devrait être présenté parmi les meilleurs de race ou finalistes, un de ses chiens ou celui d'un membre de sa famille ou d'une personne vivant sous son toit.
  • Il ne peut pas présenter un chien contre rémunération quelles que soient les circonstances.
  • Le juge doit, en toutes circonstances, dès lors qu'il est en fonction d'officier, et à partir du moment où il se trouve dans l'enceinte de la manifestation où il a été convié à juger, être correctement vêtu, car il est remarqué tant par les exposants que par les visiteurs. Il est un des représentants de la cynophilie, et à ce titre il ne doit pas se permettre quelqu’écart que ce soit, tout comme pour le langage.
Le juge est en droit de demander à l'association organisatrice de prendre des sanctions à l'encontre de tout exposant ou personne qui ne respecterait pas les règlements de la S.C.C ou qui, par ses actes ou ses propos, porterait atteinte à sa dignité de juge ou à celle de ses collègues. Pour la bonne règle et pour éviter d'ultérieurs atermoiements, le juge devra formuler sa réclamation par écrit au secrétariat dès la fin de ses jugements et assisté autant que possible de témoins.

D'autre part, toute infraction d'un juge au règlement de la S.C.C. déclenchera la procédure disciplinaire prévue au règlement intérieur.

Tout juge qualifié dont la compétence viendrait à être contestée par une association de race ou qui ne tiendrait pas compte des instructions données par celle-ci - notamment en matière de standard et de leurs commentaires - ou qui aurait enfreint les règlements de la S.C.C., ou fauté contre l'honneur, pourra se voir retirer sa qualification de juge.

Les juges et experts confirmateurs devront, en toute occasion, même lorsqu'ils ne remplissent pas une fonction officielle, se soucier de l'image qu'ils donnent de la Fédération et de ses membres. Ils doivent notamment respecter une position de réserve vis à vis des critiques émises à l'encontre des décisions des Associations de Races et des Sociétés Canines Régionales, notamment en s'abstenant d'attiser les querelles. Ils ne doivent pas donner leur avis sur les chiens qu'ils ne jugent pas.

Lorsqu'un juge commet des erreurs techniques précises sur un standard (robes, critères éliminatoires...) ou ne tient pas compte d'instructions conformes au standard imposées par l'Association de Races, notamment pour l'octroi du CACS ou de la Réserve CACS, ou lorsqu'il accorde un qualificatif à un chien non confirmable, il peut être suspendu à la demande de l'Association de Races si la faute alléguée est patente. Des divergences sur l'octroi des qualificatifs ne sont pas considérées comme fautes techniques.

CHIHUAHUAS

M. André CUNY
Mme Petroula EFFROSSYNI RICHARD DOUMA
Mme Christiane LAFAY
Mme Annick LAURENT
M. Jean-Louis ESCOFFIER
M. Boris CHAPIRO
Mme Claudine METANS
M. Christian LENEUF
M. Jean-Paul KERIHUEL
M. Christian JOUANCHICOT
M. Claude VOILET
M. Michel HALLIER
M. Emmanuel YANNAKIS
M. Jean BLANGINO
M. Jacques MEDARD-RINGUET
M. François ISTAS
M. Christian SALLET
M. Vincent CABON
Mme Eva VINCENT-SCHMID

COTONS

Mme Petroula EFFROSSYNI RICHARD DOUMA
Mme Christiane LAFAY
Mme Annick LAURENT
M. Jean-Louis ESCOFFIER
M. Boris CHAPIRO
Mme Claudine METANS
M. Christian LENEUF
M. Jean-Paul KERIHUEL
M. Christian JOUANCHICOT
M. Claude VOILET
M. Michel HALLIER
M. Emmanuel YANNAKIS
M. Jean BLANGINO
M. Jacques MEDARD-RINGUET
M. François ISTAS
M. Christian SALLET
M. Vincent CABON
Mme Hélène MOREAU DE VINCENS

CHIENS CHINOIS A CRETE

Mme Petroula EFFROSSYNI RICHARD DOUMA
Mme Christiane LAFAY
Mme Annick LAURENT
M. Jean-Louis ESCOFFIER
M. Boris CHAPIRO
Mme Claudine METANS
M. Christian LENEUF
M. Jean-Paul KERIHUEL
M. Christian JOUANCHICOT
M. Claude VOILET
M. Michel HALLIER
M. Emmanuel YANNAKIS
M. Jean BLANGINO
M. Jacques MEDARD-RINGUET
M. François ISTAS
M. Christian SALLET
M. Vincent CABON

CHIENS DU PEROU et DU MEXIQUE

M. Jean-Luc DELENTE
Mme Dany MEYER
M. Jean-Louis ESCOFFIER
M. Boris CHAPIRO
Mme Claudine METANS
M. Christian LENEUF
M. Jean-Paul KERIHUEL
M. Christian JOUANCHICOT
M. Claude VOILET
M. Michel HALLIER
M. Emmanuel YANNAKIS
M. Jean BLANGINO
M. Jacques MEDARD-RINGUET
M. François ISTAS
M. Christian SALLET
M. Vincent CABON
Mme Céline BOTTUSSI-JOCQUEL

LE RÔLE DU JUGE FORMATEUR JUGES QUALIFIES ET FORMATEURS EXPO
pour les races du club
Les juges formateurs sont désignés par les Comités des Associations de Race. En cas de carence, sont désignés comme formateurs les juges qualifiés pour la race.
Il est souhaitable que soit nommé juge formateur celui ou celle qui accepte de participer aux sessions d'harmonisation et de coordination organisées périodiquement (au moins tous les trois ans), soit par des Associations de race, soit par un centre de formation accepté par la S.C.C., soit directement par la S.C.C. Pour les races d'origine étrangère des juges étrangers peuvent être désignés comme formateurs.
Ces sessions visent à parfaire la pédagogie des formateurs, à préciser leur rôle dans l'adaptation des jugements aux attentes des pouvoirs publics. Elles peuvent servir à améliorer la cohérence des méthodes de jugement.
Ces juges formateurs sont sensés avoir une longue pratique et une grande connaissance des races qu'ils jugent afin d'intervenir efficacement à la formation des nouveaux juges qui auront effectué leurs assessorats auprès d'eux.
CHIHUAHUAS
COTONS
CHIENS CHINOIS A CRETE

M. Daniel ARNOULT
Mme Chantal MERY
M. Goran BRKIC
M. Jean-Claude KLEIN
M. Cassandre MATTERA
Mme Jeannette LARIVE
M. Jean-Claude LARIVE
M. Roger BARENNE
Mme Agnès DAOUST
M. Raymond SOULAT
M. Jean-Jacques DUPAS
Mme Sylvie DESSERNE
Mme Céline BOTTUSSI-JOCQUEL

CHIENS DU PEROU ET DU MEXIQUE

M. Daniel ARNOULT
Mme Chantal MERY
M. Goran BRKIC
M. Jean-Claude KLEIN
M. Cassandre MATTERA
Mme Jeannette LARIVE
M. Jean-Claude LARIVE
M. Roger BARENNE
Mme Agnès DAOUST
M. Raymond SOULAT
M. Jean-Jacques DUPAS
Mme Céline BOTTUSSI-JOCQUEL
FORMATION ET NOMINATION JUGES STAGIAIRES EXPO
pour les races du club
Un minimum de compétences techniques est nécessaire et sera inscrit dans la formation des juges dont la phase initiale incombe aux Associations de Race qui devront se donner les moyens de l'assurer.

L'Association, responsable au premier chef des juges qu'elle propose (surtout pour une première nomination), mais aussi pour une extension, doit s'assurer du niveau de culture générale cynophile du candidat, de sa capacité à assimiler les données techniques qu'il devra lui-même étudier, puis prouver en ENV, et aussi de sa faculté à jouer son rôle d'éducateur.

Pour toutes ces raisons, l'examen préliminaire à une première nomination ne doit pas être une simple formalité.

Il est donc essentiel que le juge reçoive une formation solide, sans qu'elle soit compliquée. Il s'ensuit que la philosophie de ce règlement vise à rendre l'association de race davantage responsable du candidat qu'elle propose et à se rappeler que la fonction du juge est primordiale pour la sélection, et que c'est donc là le principal critère à retenir pour sa nomination.
Il est le maître d'œuvre dont la cynophilie Française a besoin pour atteindre son but datant de 1882, à savoir : l'amélioration des races de chiens en France.

Candidatures et conditions d'accès à la fonction de juge :

  • Un livret de candidat juge, avec feuilles détachables et souches suivra la candidat dans toutes les étapes de formation jusqu'à la fin de ses stages.
    Ce livret comprend 4 liasses de tryptiques concernant :
    1. les secrétariats de ring (5 tryptiques)
    2. les assessorats (8 tryptiques)
    3. les jugements parallèles (3 tryptiques)
    4. les jugements de stagiaire (4 tryptiques)
  • Le candidat doit être français ou membre de l'Union Européenne résidant fiscalement en France, être âgé de vingt-trois à soixante ans au moment du dépôt de candidature à la S.C.C. étant donné que son dossier d'entrée en stage, établi par l'Association de Race doit être présenté à la Commission des Juges et du LOF avant l'âge de soixante cinq ans.
  • Le candidat doit :
    1. avoir élevé des chiens de la race ou avoir dressé et/ou conduit un ou des chiens dans la discipline pour laquelle le candidat postule, dans les conditions prévues aux règlements de chaque discipline. En cas de copropriété, seul le conducteur habituel du chien pourra postuler. Pour les épreuves de chasse, la photocopie du permis de chasser sera exigée.
    2. soit avoir obtenu au moins dix qualificatifs "Excellent" en épreuve de sélection avec des chiens de son élevage pour les juges "standard", soit souscrire aux normes de "résultats" fixées par les différentes commissions d'utilisation pour les juges d'utilisation.
    3. pour la conformité au standard, être membre du club de race depuis cinq ans consécutives et avoir un affixe ou un nom d'équipage depuis au moins trois ans.
    4. fournir un extrait de casier judiciaire.
    5. ne pas avoir été sanctionné par la S.C.C.
    6. jouir de ses droits civiques.
    7. ne pas avoir été condamné pour mauvais traitement à animaux.
    8. ne pas pratiquer à titre principal le négoce de chiens (achat pour revendre).
    Si après sa nomination, le juge ne remplit plus l'une de ces trois dernières conditions, il sera radié de plein droit.
  • Ces conditions font l'objet d'un dépôt à la S.C.C. par l'Association compétente qui atteste qu'elles ont bien été remplies par le candidat, sous forme d'un dossier technique qui sera examiné par la Commission ad hoc.

Contrôle des dispositions à la fonction de juge :

Toutes les conditions étant réalisées, le candidat devra alors, toujours sous la responsabilité du club, suivre le cursus suivant, étant donné que certaines conditions auront déjà pu être remplies avant le dépôt du dossier de candidature.

Il devra effectuer quatre secrétariats de ring (nombre variable selon les clubs, le maximum proposé par la SCC étant de dix), avec au moins deux juges différents, afin de :
  • se familiariser avec l'environnement d’expositions ou concours canin ;
  • acquérir et utiliser le vocabulaire cynotechnique ;
  • rédiger correctement sur le carnet les commentaires de jugement ;
  • observer les façons de faire des juges ;
  • observer le comportement des concurrents vu du côté juge ;
  • procéder à la rédaction ou préparation des autres documents afin d'accélérer et de faciliter les opérations de jugement (cartons de qualificatifs, formulaires de confirmation, lecture des tatouages) ;
  • rester sous les ordres et à la disposition du juge ;
  • s'interdire tous commentaires à propos des jugements.
Après les classements le secrétaire candidat pourra interroger le juge et lui faire part de ses observations.

Formation des futurs juges :

L'Association de Race doit :
  • améliorer la compétence technique des candidats dans un esprit de rigueur lié à leurs futures responsabilités ;
  • veiller à 1 'harmonisation de toutes les étapes du cursus afin de gommer des discordances susceptibles de s'appliquer à d'autres races par le biais des extensions éventuelles ;
  • bâtir une procédure claire et contrôlable ;
  • faire en sorte que le candidat effectue un travail personnel extrêmement sérieux afin de parfaire ou d'acquérir des connaissances sur des sujets auxquels il sera confronté un jour ou l'autre. Il faut que le postulant prenne bien conscience que les exposants sont des personnes de plus en plus ouvertes et dont la culture cynophile est à prendre en considération. Il appartient au juge, en tant qu'éducateur et par ses explications, de parfaire les connaissances des présentateurs, s'ils le désirent.
Le candidat doit étudier toutes les matières contenues dans des ouvrages destinés aux futurs juges et spécialement rédigés à cet effet. Ces recueils de connaissances constituent deux documents exhaustifs sur lesquels seront posées les questions de fin de stage au titre de contrôle du savoir du candidat (Document Technique et Règlements Généraux de la Cynophilie Française).

1er Document : «Document Technique»
Avant propos - Introduction - Anatomie élémentaire, squelette appareil locomoteur (25 pages avec planches) - Morphologie et Extérieur (Régions, robes, pelage, appendices, comportement social, allures et déplacement) - Génétique (notions élémentaires) - Notions de Standard et de Type - Elevage et reproduction

2ème Document : «Règlements»
Règlements Généraux de l'élevage canin - Règlements généraux de la Cynophilie Française

L'examen de l'Association de race :

L'examen se fera après les quatre secrétariats de ring.
Si ces derniers sont satisfaisants, le Club, seul responsable, peut alors décider de faire passer l'examen probatoire au candidat.
Dès que celui-ci s'estimera prêt, il adressera sa demande au Club de race.
L'examen écrit sera organisé par l'Association de Race à sa convenance, en veillant à placer le candidat dans de bonnes conditions, sans aide ni pression.

Chaque association de race fournira à la S.C.C. la teneur de l'examen sous forme d'une cinquantaine de questions simples parmi lesquelles cinq ou six seront tirées au sort.
Le résultat, selon un barême commun à tous les clubs, devra être égal ou supérieur à 13/20, sans aucun zéro, pour pouvoir être admis à la formation technique et pratique proprement dite.

Après réussite à l'examen probatoire le candidat sera envoyé à un stage de trois jours en E.N.V. (Ecole Nationale Vétérinaire) où il subira, après explications, une vérification de son travail personnel puis un contrôle de connaissances techniques et un contrôle de connaissances des règlements généraux qui aboutira à un examen écrit puis oral.

Les candidats ayant obtenu une note au moins égale à 13 sont admis. Ceux ayant obtenu une note globale entre 10 et 13 sont ajournés et pourront se représenter l'année suivante pour la seconde et dernière fois. Ceux qui ont obtenu soit moins de 10 à l'écrit ou une note globale inférieure à 10 sont définitivement éliminés.

Le candidat qui a réussi l'examen de fin de stage en E.N.V. peut alors effectuer des assessorats en vue d'assurer sa formation pratique.

Les Assessorats :

Ce sont de véritables écoles d'enseignement pratique ouvertes aux seuls candidats juges, sur les principes d'analyse et de comparaison. Ils se tiennent dans toutes les expositions nationales et internationales ainsi que dans les Nationales et Régionales d'Elevage où officient des juges formateurs.

Le candidat juge ne peut, en aucun cas, intervenir auprès du juge au moment des classements. Il peut éventuellement faire fonction de commissaire et de secrétaire de ring, mais n'est pas tenu de prendre des notes indépendamment de ces deux fonctions, puisque l'assessorat n'est qu'une école de jugement. Bien qu'il n'appartienne pas au jury, il s'y trouve assimilé et il est tenu aux mêmes obligations de réserve et de comportement que le juge.
Après chaque assessorat, le juge formateur remplit le feuillet du livret du candidat juge en formulant ses commentaires sur la qualité de cet assessorat. Pour approfondir ses connaissances, le candidat juge est autorisé à faire autant d'assessorats qu'il le souhaite avec des juges de la race, français ou étrangers. Seuls les assessorats réglementaires seront pris en compte par la Commission des Juges et du LOF.

Si au cours des assessorats le candidat paraît ne pas devoir répondre aux caractéristiques attendues d'un juge, notamment par son comportement, le club peut retirer l'autorisation d'assessorats au bout de deux assessorats.

Sont exigés quatre assessorats suivis d'un jugement parallèle.

Le jugement parallèle :

Il s'agit d'un jugement de validation des connaissances acquises par appréciation des qualificatifs mérités par les chiens. Il se fait en ring, avec notes, et sans contact avec le juge officiant. Les résultats seront comparés. En cas de discordance, le candidat juge peut être amené à justifier ses choix.
Si l'examen parallèle est réussi, le candidat pourra être proposé à la nomination au titre de juge stagiaire par l'Association de race concernée. En cas d'échec, le candidat peut demander un nouveau jugement parallèle à effectuer avec un autre juge formateur. Un délégué de la Commission des juges peut assister à ce jugement. En cas de litige la Commission des Juges et du LOF statuera.

Juge stagiaire (lère nomination) :

Si le candidat est admis par la Commission des Juges et du LOF, il devient juge stagiaire et expert confirmateur ; il est nommé pour une durée minimum d'un an. La demande de qualification présentée par l'Association de race ne pourra pas être présentée avant l'expiration de ce délai. Il peut être mis fin par la S.C.C. aux fonctions de juge stagiaire et expert-confirmateur sur proposition de l'association de race.
Le stagiaire est tenu d'adresser au plus tard sous quinze jours à l'association de race son classement et ses notes sur les chiens qu'il a eu à départager.

Juge Qualifié (1ère nomination) :

Au bout d'un an, après trois jugements en tant que juge stagiaire, et ce, sans réclamation fondée, l'Association de race peut présenter le juge stagiaire à la qualification. Les races à faible effectif ont un règlement particulier.
Le dossier est soumis à la commission des juges pour avis puis au Comité de la S.C.C. dont la décision est sans appel. La S.C.C. n'est pas tenue de fournir d'explication à l'intéressé ; seule l'association de race est informée de la décision motivée. Le candidat ainsi nommé devient juge qualifié de la S.C.C.

CHIENS DU PEROU ET DU MEXIQUE

Mme Annick LAURENT
M. Jean-Louis GRUNHEID

CHIHUAHUAS, COTONS et CHINOIS

M. Jean-Luc DELENTE
M. Jean-Louis GRUNHEID

COTONS et CHINOIS

Mme Eva VINCENT-SCHMID

----

© 1997-2014 CCCE • Écrire au Club • 17 décembre 2014